Actualités

21/08/2017

2e fiche "Cerema: Nature en ville" : prendre en compte les milieux humides dans les EcoQuartiers

Le Cerema publie une seconde fiche de la série "Nature en ville" : après "La nature comme élément du projet d’aménagement urbain", voici "Prendre en compte les milieux humides dans l’aménagement - le cas des EcoQuartiers", basée sur des retours d’expériences.

Prendre en compte les milieux humides dans l’aménagement urbain répond à des besoins multiples : satisfaire une population en attente de nature, préserver la biodiversité, protéger des inondations, améliorer la qualité de l’eau.

Cette fiche, qui porte sur le cas des EcoQuartiers, a pour but de sensibiliser les collectivités, les maîtres d’ouvrages et les aménageurs à l’intérêt d’intégrer les milieux humides dans les projets d’aménagement. Elle donne plus spécifiquement des repères pour prendre en compte ces milieux dans les ÉcoQuartiers.

Retours d’expériences

Ce document a été conçu à partir de l’exploitation de données issues des appels à projets nationaux et des campagnes de labellisation ÉcoQuartier. La première phase a consisté à sélectionner des expériences intéressantes.

Une deuxième phase a consisté à élaborer une grille d’analyse conçue sous la forme d’une chronologie d’étapes suivies par le projet d’aménagement : gouvernance, étude amont, conception, réalisation, exploitation. Cette phase a permis d’identifier les thématiques à développer dans la fiche, qui a été rédigée en suivant les principes du guide "Milieux humides et aménagement urbain – dix expériences innovantes" publié en 2015 par le Cerema.

Différentes approches de l’intégration des milieux humides

La genèse de l’intégration des milieux humides dans un projet d’ÉcoQuartier peut varier d’un territoire à l’autre : sensibilité du secteur aux inondations, projet de parc urbain, politique de gestion des eaux pluviales orientée sur le développement de solutions techniques alternatives…

La fiche présente des exemples d’aménagement d’EcoQuartiers intégrant les milieux humides, et qui répondent à différents objectifs :

  • amélioration du cadre de vie,
  • gestion des eaux pluviales en favorisant la rétention et l’infiltration de l’eau de pluie,
  • maintien des réservoirs de biodiversité grâce à la sélection des plantes en bordure des milieux humides et à la conception d’une trame verte et bleue,
  • prévention des inondations via la création de bassins réservoirs qui peuvent même être intégrés aux EcoQuartiers.

Un mode d’emploi de l’intégration des milieux humides

La spécificité des milieux humides conduit à porter une attention particulière à la biodiversité. Il faut donc viser une approche écologique tout en conciliant celle-ci avec les autres fonctions recherchées telles que l’identité paysagère, les loisirs, etc.

Pour y parvenir, il est nécessaire d’anticiper et d’intégrer cette réflexion tout au long du processus du projet, depuis les études préalables jusqu’au suivi, une fois l’ÉcoQuartier réalisé.

La fiche explique les modes de gouvernance qui permettent de faire aboutir ces projets ambitieux, et qui passent par la mobilisation d’un ensemble d’acteurs pluridisciplinaires autour du maître d’ouvrage. Elle reprend les grandes étapes de la conception du projet d’aménagement : état des lieux de la situation, programmation, conception, chantier, gestion et suivi.

⇒ La fiche "Prendre en compte les milieux humides dans l’aménagement - Le cas des ÉcoQuartiers" est disponible gratuitement sur la boutique en ligne du Cerema.

⇒ Présentation de la première fiche, "La nature comme élément du projet d’aménagement urbain"

Article à consulter en ligne ici

Retour